La tour Eiffel


C'est sur les bords de la Seine, à Paris, que se dresse la tour Eiffel, magnifique structure en fer qui illumine Paris et d'un point de vue plus général, la France. Si un seul élément architectural français devait représenter ce pays, ce serait sans conteste elle, bien avant d'autres monuments pourtant tout aussi prestigieux, mais moins emblématique : Le Louvre, le pont du Gard, les cathédrales gothiques ou les châteaux de la Loire. Même des sites de renom comme l'arc de Triomphe ne parviennent pas à symboliser la France comme le fait la tour Eiffel, c'est dire son importance pour la renommée internationale de ce pays.

La tour Eiffel

La tour Eiffel


Cette structure énorme et majestueuse est haute de 324 mètres, elle est constituée de 18 000 pièces en fer puddlé. Elle a été fabriqué par Gustave Eiffel, ingénieur et célèbre entrepreneur qui a conçu ce bâtiment à l'occasion des célébrations pour le centenaire de la Révolution française et l'Exposition Universelle de Paris qui s'est tenu en 1889. Initialement, elle avait pour but d'être la preuve de l'excellence du savoir-faire industriel français et devait avoir un caractère temporaire, de 20 ans seulement. Sauvée par la radiodiffusion, elle est aujourd'hui un symbole de l'identité française et une attraction touristique mondiale.



Le symbole de la France

Le Tour Eiffel a jailli pour le centenaire de la prise de la Bastille, en 1889, du côté du champs de Mars bordant la Seine, sur le lieu même où le 14 juillet 1790 s'était célébré un des temps forts de la Révolution Française : La fête de la Fédération au cour de laquelle trois cent mille français, rassemblés autour du roi Louis XVI, avaient prêté serment à la Constitution et proclamé leur désir de vivre ensemble, libres, égaux et fraternels.

Ce jour d'euphorie, que devaient se charger d'assombrir bien des désillusions, restait dans l'inconscient collectif comme celui de la naissance de la nation moderne. C'est lui que les gouvernants de 1889 décidèrent de célébrer dans un monument - le plus haut jamais construit - "signe des temps", "clou de trois cents mètres" qui allait montrer au monde que le génie de la liberté avait accouché du génie de l'industrie. La tour devait dominer le reste de l'exposition où s'alignaient, entre autres merveilles, le panorama des transatlantiques, le palais des produits alimentaires, la galerie des machines, tous placés sous l'incroyable concentration de lumière, pour l'époque, de 1150 lampes à arc et 10000 lampes à incandescence.

L'idée de la tour fut mise au concours et c'est alors que les Français oublièrent vite qu'ils avaient entrepris de célébrer leur union pour se livrer à une de leurs manies : la polémique. Cent sept projets furent examinés. Les plus novateurs n'employaient que du fer, matériau réputé jusque là roturier. Charles Garnier, l'architecte de l'Opéra, ne trouva pas de mots assez durs pour stigmatiser "le phare colossal", le président du Conseil d'alors proclama : "ces excentricités ne sont pas dans le goût des Français.", un candidat évincé surenchérit : "C'est de la gare de chemin de fer au mètre".

Le projet d'Eiffel et Sauvestre l'emporta. Toute la gloire en reste à Gustave Eiffel (1832-1923) ingénieur, qui s'était déjà illustré par la construction du viaduc du Garabit. On a oublié jusqu'au nom de Compagnon, qui fut fameux alors pour avoir été le chef de chantier sur qui reposait le bon déroulement de ce périlleux projet.

Pour répondre au cahier des charges la tour de 1889 s'élevait à 300.01 mètres au-dessus du niveau du sol. De nos jours, depuis la construction de l'antenne de télévision rajoutée en 1957, c'est du haut de ses 318 mètres qu'elle contemple Paris.

Concédée pour vingt ans elle devait être démolie, au terme du contrat. C'est la guerre de 1914 qui la sauva : elle fut mobilisée au service des transmissions militaires, puis, en 1922, de la radio. La "coquette" des hommes de 1889 a dû se mettre au travail pour survivre.

     Repris de "Paris, fête et lumière", édition "Images et magie"


Introduction

Avec une taille de 312m à sa construction, la tour Eiffel a été pendant plus de 30 ans la construction la plus haute du Monde, jusqu'à la construction de l'Empire State Building, à New-York. Aujourd'hui elle mesure 324m (grâce aux antennes qui y ont été ajoutées depuis) et c'est le plus beau symbole de Paris, mais aussi de la France. Dotée de 3 étages, plus un abandonné depuis fort longtemps, elle appartient à la ville de Paris qui en a donné la concession à la SETE, qui assure son fonctionnement quotidien. Les chiffres sont impressionnants : 10 100 tonnes, dont 7300 d'architecture métallique faite de 18 000 pièces, elle dispose d'un escalier de 1710 marches pour monter au sommet, même si il n'est pas utilisable au quotidien. La tour est repeinte tous les 7 ans par une équipe de 25 peintres-alpinistes qui appliquent 50 tonnes de peinture sur 250 000 m2 de surface.

La tour Eiffel est une structure unique au monde, il existe bien d'autres tours métalliques, mais celle-là est particulière car elle est un monument historique et visitable, alors que les autres ne sont que des structures décoratives (comme la tour Orbit Arcelor-Mittal à Londres) ou bien moins hautes. C'est aussi pour ça que les Français ont un attachement particulier à la tour Eiffel.

. Découvrez : Description de la tour Eiffel

. Découvrez : Emplacement de la tour Eiffel


Comment visiter la tour Eiffel

Il est assez simple de visiter la tour Eiffel, tout est expliqué sur la page des visites. Sachez qu'elle comprend 3 étages et qu'il y a trois tickets différents : Un pour monter à pieds (la visite s'arrête alors au 2e étage, le 3e étage n'étant pas accessible par escalier), un pour monter par ascenseur jusqu'au 2e (C'est la visite habituelle), et un pour monter jusqu'au 3e (C'est une sorte d'extension du 2e ticket).

La visite jusqu'au 3e étage vaut le coût pour ceux qui peuvent se payer le ticket, même si le temps n'est pas idéal car le 3e étage contient des choses intéressantes à voir. Mais chaque étage à ses avantages : Le premier, très épuré depuis qu'il a été refaite (en 2011), est très bien fait. Il contient un petit musée, un cinéma, des boutiques, une salle de conférence, un restaurant, et des planchers de verre pour l'amusement. Le deuxième est resté plus dans l'esprit de la tour, il est plus technologique. Il contient des boutiques et une belle galerie qui en fait le tour. Le 3e étage contient des photos anciennes, une frise positionnant les principaux monuments du monde, un bar à champagne, et tout un tas d'autres choses. En bien sûr, la vue de chaque étage est sans doute la plus belle chose que l'on peut trouver sur la tour.

. Voir aussi : Visite de la tour Eiffel

. Voir aussi : Description du 1er, Description du 2e, Description du 3e étage

. Voir aussi : A voir sur la tour Eiffel


La raison de la construction

Pour quelles raisons a-ton voulu construire une tour métallique de 300m de haut en plein Paris ? C'est à priori une bien étrange idée, mais elle repose sur deux raisons simples : L'exposition universelle de 1889 et la fierté française.

Nous sommes à la fin du XIXe siècle. L'industrialisation massive, arrivée aux Etats-Unis au milieu du XIXe et en Europe à la fin du XIXe, bas son plein. Les entreprises industrielles se multiplient, on découvrir le pouvoir des métaux pour les constructions. Tous les pays veulent montrer leurs suprémacies dans ce domaine. C'est dans ce contexte qu'arrive l'exposition universelle de 1889. Afin de montrer le génie fraçais, le comité d'organisation de l'exposition organise un concours pour l'élévation d'une porte d'entrée faite d'une tour de 1000 pieds de haut, soit 300m. C'est Gustave Eiffel, entrepreneur dans la construction de ponts métalliques, qui lance l'idée et la promeut. Il réponds au cahier des charges (qu'il a contribué à rédiger, ou du moins qu'il a influencé). D'autres dossiers sont déposés, certains de véritables concurrents, mais c'est bien Gustave Eiffel qui gagna le concours.

Montée pour une durée de 20 ans correspondant à la concession obtenue par Eiffel pour l'exploitation de la tour, celle-ci fut sauvée grace à l'intérêt scientifique qu'elle engendra.

. En savoir plus : Le contexte technologique

. En savoir plus : Les autres projets de tours au XIXe siècle


La réticence des artistes

C'est un évènement assez connu de l'histoire de la Tour Eiffel, celui de la réticence des artistes. Lorsque le concours a été gagné et que les travaux commençèrent, il y eut un mouvement de contestation contre la construction de la tour Eiffel initié par un collectif d'artistes qui craignaient que Paris ne soit défiguré par cette structure métallique imposante. D'autres voix se sont élevées pour dénoncer les risques d'effondrement des bâtiments qui bordaient le champs de Mars, suite à la déformation du sol. Ces artistes ont signé une lettre parue dans le journal "Notre temps" du 14 février 1887. Parmi les signataires : Emile Zola, Alexandre Dumas fils, Guy de Maupassant, Sully-Prudhomme,etc.

S'en est suivi une réponse de Mr Alphand, président du comité d'organisation de l'exposition, puis de Mr Eiffel, qui expliqua qu'il n'y avait aucun risque et le prouva par ses calculs. L'histoire lui donnera raison, et ces artistes se réveillaient bien tard pour parvenir à faire arrêter les travaux, aussi ne parvinrent-ils pas à empêcher l'ingénieur de construire sa tour.

. En savoir plus : Réticence des artistes


La construction

La construction de la tour Eiffel a été rapide, compte-tenu de l'importance du chantier. Les premiers travaux concernèrent les fondations, et les premières difficultés apparurent : Les deux fondations du bord de Seine se remplissaient d'eau, il fallut inventer un système de cloche sous pression pour faire le creusement sans que les infiltrations n'empèchent les ouvriers de travailler. Cette astuces permit de construire ces fondations, de les couler, et de créer dessus les lourds massifs qui servent encore de nos jours de base pour les 4 piliers.

Puis vint la période de l'assemblage. Ce sont tout d'abord les piliers qui nécessita l'utilisation de grues de montage, qui serviront pour les étages, mais aussi d'échafaudages sur lesquels furent placés des boîtes à sable. En appuyant les poutres métalliques sur ces boîtes à sable, il suffisait d'enlever un peu de sable pour que tout doucement la pile s'abaisse un peu. C'est ainsi qu'on a réglé en hauteur l'alignement des 4 piliers au niveau du premier étage. Par contre, pour aligner leurs positions les unes par rapport aux autres il a fallut utiliser des vérins de très grande puissance qui les poussaient ou les tractaient d'un bloc. Ces vérins ont été mis entre le massif de béton et la structure métallique et c'est la raison pour laquelle il y a une légende qui veut que la tour Eiffel soit monté sur vérin, ce qui est faux car dès que les poutres du premier étage furent alignées, les vérins ont été retirés.

La suite de la construction s'est plutôt bien passée grace entre autre aux grues qui montaient les poutres. Ces grues suivaient les rails des futurs ascenseurs, rails qu'elles posaient elle-même au fur et à mesure de l'élévation ! Grace à cette astuce et aux échafaudages, le montage s'est poursuivit normalement. A noter que pas un ouvrier n'est mort sur le chantier, ce fut une des fiertés de Gustave Eiffel.

. En savoir plus : Plans de la tour Eiffel.

. En savoir plus : Calcul des forces.

. En savoir plus : Construction de la tour Eiffel.


L'inauguration

L'inauguration de la Tour Eiffel a eu lieu le 31 mars 1889, juste après la fin de la construction de la structure métallique. Les ouvriers travaillaient encore dessus, mais c'était pour la pose des machineries et l'installation des ascenseurs, plus certaines finitions, par-ci par-là. Mais le principal, l'ossature, était terminée. Au sommet se dressait la hampe prête à recevoir le drapeau tricolore, ce qui était le symbole de l'inauguration officielle.

La journée fut assez simple. Les officiels grimpèrent au sommet, il y eu quelques discours et Eiffel monta le drapeau tricolore. Puis, tout le monde redescendit pour rejoindre les ouvriers. Il y eut quelques discours de plus, Eiffel reçut des mains du ministre la légion d'honneur et chaque ouvrier fut félicité par la remise d'une médaille commémorative. La médaille commémorative "Tour Eiffel" est un objet souvenir symbolique qui a été distribué en 1889 à toutes les personnes ayant participé à la construction du monument. Sa frappe a été décidé le 16 mars 1889, soit quelques jours avant l'inauguration officielle de la tour.

Puis il y eut un repas et tout le monde s'éparpilla. De nos jours, l'inauguration d'un tel monument prendrait plus de temps !

. En savoir plus : Inauguration de la tour Eiffel.


Les applications scientifiques

Dès sa construction Eiffel savait que pour sauver sa tour de la destruction, 20 ans plus tard, il fallait qu'il ai prouvé qu'elle avait une utilité. De nature scientifique il se mit à étudier l'aérodynamisme puisque la hauteur de la tour lui permettait de faire des expériences sur la chute des corps. Rapidement de nombreuses personnes virent un intérêt à la haute taille de la tour. Un premier laboratoire de météorologie fut installé au sommet, puis il y eut l'installation d'un manomètre à air libre. On y étudia l'absorbation atmosphérique des radiations, le spectre solaire, les oscillations du sommet de la tour et ses raisons (Le sommet forme une sorte d'ovale, tous les jours), et même les effets physiologiques de la montée à pieds.

Mais c'est l'armée qui sera le sauveur de la tour. En effet, les premiers essais de radiodiffusion furent prometteurs, l'armée trouva donc un intérêt à la tour et ordonna qu'on la conserve. C'est grace à ça qu'elle est toujours à paris de nos jours.

. En savoir plus : Applications scientifiques de la tour Eiffel.


Histoire à travers le temps

Depuis sa construction, en 1889, et jusqu'à nos jours la France a vécu bien des évènements. En tant que symbole de Paris la tour Eiffel a traversé les âges et a subit bien des modifications. Quelques rénovations (1890, 1900, 1937, 1982 et 2011), des évènements tragiques, comme l'occupation allemande, les progrès de la télédiffusion, et enfin tout un tas de fêtes, de curiosités que l'histoire nous a légué.

. En savoir plus : Histoire de la tour Eiffel.


Les symboles de la tour Eiffel

De quoi la tour Eiffel est-elle le symbole ? De la Paris bien sûr, mais aussi de la France, ça, c'est une évidence. D'ailleurs c'est elle qui est représentée dès que l'on veut symboliser la capitale, ou le pays, à l'étranger. Il faut bien avouer que les autres pays sont rarement dans cette situation où, pour illustrer leurs pays, il existe la plupart du temps différents monuments. En France, c'est la tour Eiffel quasiment systématiquement. Mais être l'emblème de la France n'est pas suffisant, la tour Eiffel est aussi le symbole du génie français, au sens génie civil. Elle est aussi associée à la grandeur de la France, comme un sentiment de fierté national qui uni le peuple. D'ailleurs c'est vers elle que l'on se tourne pour marquer un évènement national, pour célébrer une date particulière, ou pour faire plaisir à un pays dont la France est l'hôte pour quelques jours.

Savez-vous que la tour Eiffel représente aussi d'autres choses ? Toutes la partie "Symboles de la tour Eiffel" est à lire dans le dossier ci-dessous.

. En savoir plus : Symboles de la tour Eiffel.


Et en plus, sur ce site...

Ce site Internet vous offre beaucoup plus d'informations que ça. Voyez par exemple l'étude de la visibilité du haut de la tour, la liste (forcément incomplète) des visiteurs celèbres, les biographies des personnages ayant participé à sa construction, les calculs d'Eiffel des forces dûs aux vents, une chronologie des évènements, la description du contrat de concession initial, le coût de la tour, l'explication de son éclairage, y compris l'illumination nocturne, etc.

Et comme ce n'est pas encore tout, vous avez ci-dessous toutes les pages disponibles.


La tour Eiffel

Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Agatha Christie, Marguerite Duras, Charles Baudelaire, dans des domaines divers : Les Pyrénées Catalanes, L'univers Star Trek, L'Art Roman.