Coût de la tour Eiffel


Ce document a pour but de détailler le coût de la tour Eiffel. Comme on l'imagine bien il y a beaucoup de types de dépense différentes qui entrent en jeu lorsqu'on tente de construire un tel monument. C'est en effet le cas, et le fait qu'elle ait été construite à la fin du XIXe siècle nous montre des comptes parfaitement détaillés et relativement simples à comprendre, à l'époque les entrepreneurs avaient des dépenses essentiellement directes.

Au total, la tour Eiffel a coûté 7 799 401.31 francs.

Ca, c'est le chiffre avancé par Gustave Eiffel dans son livre "La tour de 300m". Il précise que 7 392 304,97 francs ont été a sa charge, le reliquat de 407 096,34 francs était à la charge de la société d'exploitation de la tour. Comment en est-il arrivé à ces chiffres ? Voici.

Il commence par détailler les postes de coût principaux, qui sont au nombre de 3. Il y a tout d'abord l'infrastructure pour 666 080,52 francs (Fondations et maçonnerie, 493 373.48 francs, plus les soubassements à 147 054.14 francs et les maçonneries supplémentaires à 25 652.90 francs), puis la fourniture et le montage de la superstructure (Sabots et contre-sabots d'appui : 35 046.56 francs, Fers et fontes : 3 000 676.56 francs, Montage : 847 399.00 francs, Organes mécaniques : 1 153 145.91 francs, Plates-formes : 607 828.61 francs et Peintures : 125 572.82 francs), et enfin des frais d'ensemble qui s'élèvent à 956 554.99 francs.


Infrastructure


Puits de sondage pour les fondations 1 et 4

Nous n'avons pas le détail d'absolument toutes les dépenses qui ont été faites sur la tour Eiffel, mais parfois son auteur a mentionné le prix dépensé pour telle ou telle activité. La première de ces activités concerne le puits de sondage qui a été fait pour connaitre la nature du sous-sol au niveau des fondations 1 et 4, celles du côté de la Seine. Le prix d'un tel sondage est d'environ 2 800,00 francs, il se décompose ainsi :

  • Caisson proprement dit : 1 800 francs
  • Main-d'œuvre, frais de machine et fournitures diverses : 1 000 francs

Fondations

Le coût suivant est celui des fondations proprement dites. Ils se décomposent premièrement du prix des matériaux achetés. En second, il y a les prix composés qui ont été appliqués aux différents éléments du métré des piles. Ce prix, forcément approximatif, a été comparé à ceux de la comptabilité pour vérification. Ils ne comportent ni les frais généraux d'ensemble, ni les bénéfices et, comme prix d'entreprise, ils devraient être très notablement majorés (de 15 % environ, sauf pour les fouilles générales, qui ont été exécutées par des sous-entrepreneurs).

.

A ces prix, il convient d'ajouter, d'après les prix de revient donnés par la comptabilité :

.

D'après les prix ci-dessus, nous avons établi le prix de revient de chacune des piles, en étudiant séparément celles construites par les procédés ordinaires (Piles N° 2 et 3) et celles faites par le procédé à l'air comprimé (Piles N°4 et 1).

. .

Ces résultats peuvent se grouper de la manière suivante :

.

Les chiffres inscrits ci-dessus pour les Piles N°4 et 1 permettent de calculer le prix moyen du mètre cube de fondation par le procédé de l'air comprimé

.

Quant aux soubassements, les pierres factices traitées à MM. Dubos et Cie ont fait l'objet d'un forfait s'élevant à 36 000 francs pour les quatre piles, dont 9 000 francs pour la fourniture et 7 000 francs pour la pose. Le prix de ce revêtement, compté au mètre carré de projection sur le plan des faces, était ainsi de 27 francs

La gorge supérieure en ciment a été faite par M. Combaz au prix de 13,50 francs le mètre superficiel. Le prix de l'ossature était de 39 francs les 100 Kg pour les poutres et fermettes, et de 60 francs pour les cerces de la gorge. Les travaux accessoires qui ont dû être exécutés dans chaque pile pour l'installation des ascenseurs, et dans la pile N°3, pour l'installation de la machinerie, sont résumés dans le tableau ci-dessous

.

Le prix de ces soubassements pour l'ensemble des quatre piles s'établit comme suit :

.
  • Fondations et maçonneries : 403 373,48 francs
  • Soubassements : 147 054, 14 francs
  • Maçonneries supplémentaires (machinerie et ascenseurs) : 25 652,90 francs
  • Dépense totale : 666 080,52 francs

Coût des échafaudages de butée

Les échafaudages de butée sont ceux utilisés pour monter les piliers jusqu'à la hauteur du 1er étage. Ils étaient nécessaires pour, d'une part que les ouvriers travaillent dans des conditions acceptables, d'autres part pour servir d'appui aux piliers eux-mêmes car plus on les montait, plus leurs centres de gravité basculaient hors du carré à partir duquel ils étaient appuyés, et donc ils entraient en porte-à-faux. 4 échafaudages de cette taille, capables de monter à 45m de hauteur nécessitaient beaucoup de bois, le prix s'en est fait ressentir. Ce prix de revient de la charpente a été le suivant :

1. Pieux

  • Bois : 85m2 à 43 francs = 3 825 francs
  • Battage : le pieux à 35 francs
  • Sabot : 5Kg à 40 centimes, soit 2 francs
  • Total : 113 pieux à 37 francs, soit 4181 francs
  • Total des pieux : 8 006 francs

2. Charpentes

  • Bois :Le mètre cube, 63 francs
  • Déchet pour coupes et joints : 3 francs 15
  • Main d'oeuvre de taille, levage, démolition et divers : 46 francs 50
  • Soit : 112 francs 65
  • Faux frais 5mm : 5 francs 65
  • Boulons : 20 Kg à 0,35 francs, soit 7 francs
  • Soit : 125,30 francs

Le total des 374m3 fait donc 374 x 125,30 = 46 862,20 francs, pour un coût tout compris de 46 862,20 + 8 006 = 54 868,20 francs, ce qui fait 13 700 francs par pilier, approximativement.


Superstructure

Coût des échafaudages pour monter les poutres du 1er étage

Autre échafaudage, celui permettant de fixer les poutres du 1er étage. Ils étaient construits sous l'aplomb des poutres et devaient monter tout aussi haut que les échafaudages de butée. Le prix de cet échafaudage est :

  • Bois : 48 francs le mètre
  • Déchets, coupes et joints 5mm : 2,43 francs
  • Main d'oeuvre de taille, levage et démolition : 31 francs
  • Soit un total de 83,43 francs
  • Faux frais, 5mm : 4,30 francs
  • Boulons, 10Kg à 0,35 francs : 3,50 francs
  • Soit un total général de 93,23 francs

Soit pour l'ensemble de la Tour, 883 x 93.23 = 82 520,25 francs et environ 20 650 francs par échafaudage.

Dépense totale de la main-d'œuvre du 11 Juin 1887 au 30 Juin 1889

Le coût principal de la tour a été, comme s'est souvent le cas, la main d'oeuvre. Cette dépense est résumée dans le tableau suivant :

.

Main-d'œuvre des travaux spéciaux

Les chiffres globaux qui précèdent peuvent être décomposés, d'après le dépouillement des rapports journaliers, suivant les diverses catégories de dépenses.

1° Montage des soubassements des piles, que nous avons compté dans le chapitre des fondations. Ce montage, effectué du 23 septembre 1888 au 27 janvier 1889, employa 1 260 jours d'hommes et coûta 8 729,30 francs, suivant détail ci-dessous.

.

2° Montage des ascenseurs Otis.

Ce montage, effectué du 5 janvier au 13 juin 1889, employa 4 321 journées d'hommes et coûta 37 279,90 francs, suivant détail ci-dessous.

.

3° Montage des ascenseurs Roux-Combaluzier et Lepape.

Ce montage, effectué du 19 janvier au 8 juin 1889, employa 3 192 journées d'hommes et coûta 30 842,15 francs, suivant le détail ci-dessous.

.

4° Installation des machines et pompes.

Cette installation s'est faite du 11 février au 10 avril 1889. Elle employa 155 journées d'hommes et coûta 1 284,05 francs, suivant le détail ci-dessous

.

5° Pose des réservoirs et de la canalisation.

Cette pose s'est faite du 11 mars au 1er Mai 1889. Elle employa 417 journées d'hommes et coûta 4 105,90 fr, suivant le détail ci-dessous.

.

Nous avons totalisé, dans le tableau ci-dessous, les nombres de journées par catégories d'ouvriers, pour ces travaux accessoires ainsi que les dépenses correspondantes.

.

Dans le chapitre des échafaudages et installations diverses, il y a intérêt à séparer les dépenses incombant aux grands échafaudages proprement dits, de celles s'appliquant aux petites installations de chantier telles que les échafaudages de riveurs, leurs déplacements, les bigues et toutes autres manœuvres nécessitées par le montage. Ce sont, en effet, ces dernières dépenses seules qui peuvent être considérées comme devant être directement affectées au montage et entrer dans son prix général.

Nous avons donné plus haut le prix des grands échafaudages ; la main-d'œuvre qui s'y rapporte est la suivante :

.

En retranchant ce chiffre de 49 739,10 francs, de la main-d'œuvre totale pour échafaudages et installations diverses, laquelle est de 119 656,10 francs, on obtient la somme de 69 917,00 francs, laquelle est spécialement applicable aux installations faites pour le montage.

Main-d'œuvre du montage de l'ossature

D'après les chiffres qui précèdent, le tableau général de la main-d'œuvre, décomposé en travaux spéciaux ci-dessus détaillés et en montage de l'ossature, s'établit comme suit en nombre de journées :

.

Il s'établit de même comme dépenses :

.

En résumé, le montage des 6 912 tonnes composant l'ossature proprement dite a employé, pendant 705 journées effectives de travail, 97 912 journées d'ouvriers ce a occasionné de ce chef une dépense de 633 756,50 francs. Ce qui donne par tonne une dépense de 92,00 francs, se décomposant comme suit :

  • Montage : 42,00 francs
  • Rivetage : 27,80 francs
  • Bardage : 8,50 francs
  • Installations spéciales : 10,20 francs
  • Gardiennage : 3,50 francs

. Plus de détails sur : Le personnel du chantier.

Matières premières

La matière première, c'est à dire essentiellement le fer, entre pour une part non négligeable dans le prix du bâtiment. Le prix des matières servant au montage est exprimé pour 100 Kg, il est donné par la comptabilité :

  • 13,25 francs les cornières, de 40 mm à 100 mm
  • 13,25 francs les fers marchands de 1er et 2e classes
  • 13,75 francs les fers marchands de 3e et 4e classes
  • 15,00 francs les larges plats jusqu'à 500 mm
  • 15,00 francs les tôles ordinaires
  • 15,50 francs les tôles striées
  • 16,00 francs les fers spéciaux simple T de l'album
  • 20,00 francs les cornières ouvertes et fermées aux angles demandés

Les rivets, eux étaient vendus au prix de (toujours pour 100 Kg) :

  • 18,40 francs les rivets de 18 à 25 mm
  • 23,00 francs les rivets de 16 mm
  • 25,50 francs les rivets de 14 mm

La suite est un ensemble d'autres éléments nécessaires mais non structurant pour la tour, comme les escaliers, les garde-corps, les colonnades, etc. Voici un tableau récapitulant les différentes dépenses, avec le poids de chaque pièce.

.

Il y a eu d'autres dépenses sur les matériaux, dû à la main d'oeuvre :

  • Réparation et réfection des fers : 71,10 francs
  • Installations spéciales du bardage : 1 223,90 francs
  • Rivetage (charbon et eau) : 3 770,70 francs
  • Echafaudages et installations diverses, achat : 117 065,14 francs
  • Idem, revente : 30 477,35 francs
  • Reste : 86 587,79 francs
  • Total : 91 653,49 francs

Dans ce total, les grands échafaudages (1 430m3 environ) entrent pour une somme d'achat, octroi compris, de 75 575 francs. En y appliquant une somme de 20 000 francs pour revente, le prix des matières des grands échafaudages s'élève à 55 575,00 francs. En déduisant ce coût de la somme de 86 587,79 francs, il reste, pour le prix des installations spéciales, 31 012,79 francs.

La dépense totale pour les matières du montage est donc de :

  • Réparation et réfection des fers : 71,10 francs
  • Installations spéciales du bardage : 1 223,90 francs
  • Rivetage (charbon et eau) : 3 770,70 francs
  • Installation spéciales du montage : 36 078,49 francs

Ce prix ne comprend pas la fourniture du matériel, notamment des grues et de leurs châssis, qui sera comptée ultérieurement, non plus que les dépenses générales à répartir. En résumé, la dépense du montage proprement dit de l'ossature est la suivante :

  • Main d'oeuvre : 633 756,50 francs
  • Appointements des employées : 2 250,00 francs
  • Matières pour les installations spéciales : 36 078,49 francs
  • Soit un total de : 36 078,49 francs

Soit 10,75 francs par tonne, et ce, non compris les grands échafaudages, pour lesquels la dépense a été de :

  • Matières (en tenant compte de la revente) : 55 575,00 francs
  • Main d'oeuvre : 49 739,10 francs
  • Total : 105 314,10 francs

Soit 1,41 francs par tonne (Il y en a 6 912). Le prix du montage de l'ossature, tout échafaudages compris, est ainsi de 847 399,09 francs pour 6 912 tonnes, soit 12,19 francs par tonne.

. Plus de détails sur : Origine du fer.

Ascenseurs Otis

A sa construction, la tour Eiffel avait deux ascenseurs Otis, qui y sont toujours d'ailleurs, quoiqu'ils aient été rénovés. Le coût de leurs poses a été relativement élevé. Gustave Eiffel, dans son livre 'La tour de 300m', dresse la liste des coûts pour chaque pièce de ces ascenseurs dans un tableau assez exhaustif. Le voici.

Coût des ascenseurs Otis

Ascenseurs Roux et Combaluzier

De la même façon les ascenseurs Roux et Combaluzier ont coûté relativement cher à Gustave Eiffel. Le détail de ces coûts est donné dans le tableau ci-dessous, selon le même document. Il concerne les deux double-cabines.

Coût des ascenseurs Roux et Combaluzier

Ascenseurs Edoux

L'ascenseur Edoux est tout ce qu'il y a de particulier, car il est mécanisé par un vérin hydraulique de 80m, et sa pose a été particulièrement difficile, vu la hauteur de travail des ouvriers. Le tableau ci-dessous reprend les coûts, poste par poste, du montage de cet ascenseur.

Coût de l'ascenseur Edoux

Machinerie

Les machines permettant d'actionner les pompes hydrauliques faisant fonctionner les ascenseurs sont assez nombreuses. Il fallait utiliser des chaudières, différents moteurs, des pompes annexes, et pour que ça fonctionne, il fallait joindre tout ça ensemble par des tuyaux, des mécanismes particuliers, sans compter les coûts annexes, comme la construction des socles en béton ou en bois, les charpentes, etc. Voici ci-dessous le détail de ces coûts, qui font une somme d'un peu moins de 200 000 francs.

Coût de la machinerie

Partie électrique

Les parties électriques ont également eut un coût qui n'est pas négligeable. C'est essentiellement le phare qui coûta le plus cher, mais il ne faut pas négliger les autres points du domaine électrique. En voici le détail, toujours donné par Gustave Eiffel lui-même. Il faut donc ajouter les coûts se rapportant à l'appareil optique du phare, aux projecteurs et au service électrique qui incombaient à la Société nouvellement constituée de la Tour et qui ont été fournis par MM Sautter, Harlé et Compagnie. Ces dépenses ont été les suivantes à la fin de l'exercice 1889 :

  • Un appareil de phare complet de 0,60 m de diamètre, éclairant tout l'horizon, avec tambour dioptrique et partie inférieure catadioptrique, un tambour tournant de verre coloré, un régulateur de lumière électrique.
  • Un projecteur Mangin de 0,90 de diamètre, avec régulateur au courant de 100 ampères.
  • Un moteur à vapeur, type pilon à 2 cylindres compound, actionnant, par l'intermédiaire d'une courroie, une dynamo compound, de 300 ampères et de 80 volts, et alimentant le phare et le projecteur actuellement prévu, et, éventuellement, un deuxième projecteur.
  • Un tableau de distribution avec ampèremètres, voltmètres, commutateur et coupe-circuit.
  • 1 200 m de câble nu et 200 m de câble isolé, 130 isolateurs en porcelaine.
  • Le tout pour un forfait de 30 000,00 francs.

  • Fourniture d'un deuxième projecteur Mangin de 0,90 m de diamètre : 5 800,00 francs
  • Un régulateur de 100 ampères : 1 000,00 francs
  • 600 m de câble nu et 100 m de câble isolé : 1 200,00 francs
  • Modification au tableau de distribution : 150,00 francs
  • Total 8 150,00 francs
  • Réduction consentie : 650,00 francs
  • Prix net à forfait : 7 500,00 francs

  • Fourniture d'un deuxième moteur à vapeur type pilon, commandant une dynamo Gramme, semblable à la précédente : 14 107,50 francs
  • Plus-value pour le remplacement des 2 dynamos par 2 dynamos type S de 600 ampères et 70 volts : 4 750,00 francs
  • Un tachymètre Buss : 525,00
  • Soit un sous-total de : 19 182,50 francs

  • Montage et conduite des appareils : 4 268,95 francs
  • Fournitures diverses : 4 497,30 francs
  • Montant des dépenses payées par la Société de la Tour pour le phare et les projecteurs (factures Sautter) : 65 548,75 francs
  • Deux pompes à air avec leurs condenseurs à 2 700 francs : 5 400,00 francs
  • Voie et wagonnets des projecteurs (facture Decauville) : 891,90 francs
  • Service électrique : (facture Sautter)
    • Ligne principale du sol au 1er étage : 1 170,00 francs
    • Du 1er au 2e étage : 855,00 francs
    • du 2e au 3e étage : 1 640,70 francs
    • 85 lampes montées sur abat-jour à 30,85 francs : 2 622,25 francs
    • 6 lampes montées sur bras en fer à 30,85 francs : 185,10 francs
    • 84 lampes montés sur bras en fer à 33,65 francs : 2 826,60 francs
    • 51 lampes montées sur appareillage fournies par la Société de la Tour, à 27,45 francs : 1 399,95 francs
    • 3 lampes sur chandelier à 32,60 francs : 97,80 francs
    • 26 lampes sur douilles : 748,80 francs
    • 44 lampes montées dans des lanternes, culasses en fonte, à 53,80 francs
    • Soit en tout 299 lampes pour la somme de 13 913,40 francs

  • Total des dépenses du phare et service électrique : 85 754,05 francs

Aménagements des étages

L'aménagement du premier étage, lors de sa construction, a coûté 473 807.86 francs, soit 107 francs par mètre carré. Celui du second étage a coûté 55 512.36 francs (pour 39 francs le mètre carré) et le troisième 17 419.19 francs (pour 69.50 francs le mètre carré). A ce troisième étage il faut ajouter 22 481.82 francs pour les 156m2 du bureau que s'était réservé Gustave Eiffel, au 3e étage. Ca nous donne un total de 569 251.23 francs auquel il faut ajouter encore le coût de l'aménagement du Rez de chaussée qui est de 38 577.38 francs. Le détail de ces aménagements est donné plus bas dans cette page.

Enfin il faut savoir que la Société d'Exploitation de la Tour pendant l'exposition universelle de 1889 a décidé, après coup, d'ajouter un certain nombre d'aménagements supplémentaires qui n'étaient pas prévus au départ. Ces aménagements ont été très chers, le coût total est de 265 665.99 francs de plus. Le détail est donné plus bas.

Prix des planchers

Pour être plus précis le prix des planchers est revenu à 6 francs par mètre pour le plancher Perrière, 4,50 pour les planchers en bois, et 4,50 francs également pour l'asphalte, soit 15 francs par mètre, en moyenne.

Prix des restaurants

A l'époque de sa construction la tour Eiffel accueillait divers restaurants, dont le coût fut de :

  • Restaurant français : 64 437.04 francs, soit 184 francs le mètre carré
  • Restaurant russe : 59 530.24 francs, soit 170 francs le mètre carré
  • Restaurant français : 50 352.10 francs, soit 144 francs le mètre carré
  • Restaurant français : 48 952.10 francs, soit 140 francs le mètre carré

Tous les restaurants ont donc coûté approximativement la même chose, proportionellement à leurs tailles.

Détail des aménagements

Voici dans le tableau ci-dessous le détail des aménagements, plate-forme par plate-forme.

Coût des aménagements Coût des aménagements Coût des aménagements

Détail des aménagements supplémentaires

Ce tableau récapitule les coûts supplémentaires qui ont été faits par la Société d'Exploitation de la Tour Eiffel juste avant l'ouverture de l'exposition universelle de 1889. Ils viennent s'ajouter à ce qui était prévu initialement.

Coût des aménagements supplémentaires

Peinture

La peinture a été un poste budgétaire important, mais en comparaison des autres postes de dépenses les sommes sont tout à fait raisonnables. Voici ce que Gustave Eiffel a mentionné dans son ouvrage, "La tour de 300m", pour les dépenses en peinture au moment de sa construction. Notez que vous avez plus d'informations sur la peinture de la tour dans ce dossier.

  • Pose de la 2e et 3e couche de minium par M. Nourrisson : 57.328,30 francs
  • Pose de la 4e couche par la Société des Gommes nouvelles : 60.592,88 francs
  • Travaux divers de retouches pendant les travaux : 6085,90 francs
  • Supplément de peinture pour canalisation, ornements en zinc, à la Société des Gommes nouvelles : 565,74 francs
  • Deux échafaudages spéciaux pour la galerie : 1.000,00 francs
  • Total : 125.572,82 francs

Dépenses d'ensemble

En dehors des dépenses qui ont été énumérées, il en existe de très importantes qui n'ont pas d'applications spéciales et qui doivent incomber à l'ensemble des travaux. Les principales sont : 1er l'installation des chantiers, 2e les dépenses d'entretien, 3e le matériel, 4e les frais généraux. Elles sont résumées dans le tableau ci-dessous.

Dépenses d'ensemble

Voir aussi :

. Histoire de la tour Eiffel

. Construction de la tour Eiffel

. Machinerie de la tour Eiffel


La tour Eiffel

Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Agatha Christie, Marguerite Duras, Charles Baudelaire, dans des domaines divers : Les Pyrénées Catalanes, L'univers Star Trek, L'Art Roman.