Jean Compagnon


Jean Compagnon

Jean Compagnon

Biographie

Jean Compagnon était chef de service dans les établissements Eiffel. Homme de confiance de Gustave Eiffel lui-même, il a eu la charge du montage de nombreuses constructions sorties des ateliers de l'entreprise. Il fut chef du service montage de la tour Eiffel.

M. Jean Compagnon est né à Reyrieux, près Trévoux (Ain), en 1838. C'est un ouvrier fils de ses œuvres. Après un apprentissage de trois années comme charpentier, il quitta son pays natal en 1855 pour venir à Paris, voir l'Exposition universelle, et travailla chez divers entrepreneurs de charpente, fréquentant le soir l'école des adultes au Conservatoire des Arts et Métiers, pour se perfectionner, et cela pendant trois années consécutives.

En 1859, il était chef d'équipe charpentier au viaduc de Vincennes, lorsqu'il fit la connaissance du directeur des travaux des ponts métalliques que la maison Gouin construisait sur cette ligne. Il s'embarqua alors à Dunkerque pour aller en Russie, sur la ligne de Saint-Pétersbourg à Varsovie, travailler à la construction de divers ponts métalliques à Rôjitza, Dunabourg et Wilna, etc. De retour en France, en 1863, il se maria avec sa cousine et repartit en 1864 pour l'Espagne, à Villarénl de Zumarogua, comme chef d'atelier pour la construction du chemin de fer de la traversée des Pyrénées.

En 1865, il se rendit en Italie, comme contremaître et chef d'atelier, chargé de la construction des ponts de Merzana-Corti, sur le Pô, sur l'Adda, à Pizighetonne près Crémone, et dans l'Italie méridionale sur la ligne de Foggia à Naples, à Ariano. En 1869, il partit pour la Russie, comme contremaître ec chef charpentier pour le montage et la construction d'un grand pont sur le Volga près de Rybinsk et de divers autres petits ponts sur la ligne de Rybinsk à Bologoé. Nouveau retour en France, en 1871, et nouveau départ, en 1872, à Budapest, en Hongrie, pour la construction du pont Marguerite sur le Danube.

En 1876, pour le compte de la maison G. Eiffel, M. Compagnon alla à Porto, en Portugal, comme chef monteur du pont Maria Pia, qui a un arc de 160 mètres de corde sur 60 mètres de hauteur ; à la fin de ces travaux, il monta les ponts de Tamiga et Villamca, sur la ligne du Douro. Revenu en France, en 1878, il monta les ponts d'Empalot, de Valentine et Sarrieu sur la Garonne, et devenu, en 1889, chef de service de la maison G. Eiffel, il commença les installations du viaduc de Garabit (Cantal), puis du pont-route de Cubzac, l'installation et le langage du tablier sur chaque rive. En 1882, départ pour Szegedin (Hongrie) pour effectuer le montage du pont-route de Szegedin, dont une travée a 110 mètres de corde, montée en porte-à-faux sur la Theissa. En 1883, retour à Garabit (Cantal) pour le montage de l'arc de 165 mètres sur 124 mètres de hauteur, jusqu'en 1884. En 1885, montage du viaduc de La Tardes (Creuse), hauteur 92 mètres, langage d'une travée de 104m50 sans appuis entre les piles en maçonnerie. De mai 1885 à la fin 1886, montage de divers ponts, à Roc-Saint-André (Morbihan), à Moranne-sur-Sarthe, sur la ligne de Caen à Saint-Lô, à Evreux, etc. De janvier 1887 à septembre 1887, montage du pont de Collonges-sur-Saône et de Montélimar, sur le Rou-bion. Et depuis cette date, il fut chargé du montage de la Tour Eiffel au Champ de Mars.

Nous avons cité tous ces travaux pour bien mettre en lumière tout ce que peuvent la volonté et l'intelligence chez un ouvrier français. M. Compagnon a été promu au grade de chevalier de la Légion d'honneur le 6 mai 1889.



Voir aussi :

. Biographies autour de la tour Eiffel

. Description de la tour Eiffel


La tour Eiffel

Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Agatha Christie, Marguerite Duras, Charles Baudelaire, dans des domaines divers : Les Pyrénées Catalanes, L'univers Star Trek, L'Art Roman.