Les savants inscrits sur la tour Eiffel


En regardant la tour Eiffel de près on voit très bien que le premier étage est décoré avec des noms propres écrits en lettres dorées. Il s'agit des noms de 72 savants qui, à l'époque de la construction de la tour, avaient significativement fait avancer la science, chacun dans son domaine particulier. C'est Eiffel lui-même qui le décida, il le rendit public le 20 février 1889 dans un discours fait au moment de sa conférence auprès de la Société centrale du travail professionnel, conférence présidée par T. Villard.

Pour exprimer d'une manière frappante que le monument que j'élève sera placé sous l'invocation de la Science, j'ai décidé d'inscrire en lettres d'or sur la grande frise du premier étage et à la place d'honneur, les noms des plus grands savants qui ont honoré la France depuis 1789 jusqu'à nos jours.

Georges Barral, dans son ouvrage, "Le panthéon historique de la tour Eiffel" a rédigé une lettre à l'attention d'Eiffel dans laquelle il magnifie l'intérêt des sciences. En voici un extrait :

"Vous avez indiqué, par cet acte éclatant, visible au regard de tous, que pour la conception et l'exécution de votre œuvre colossale, vous et vos collaborateurs, vous vous sentiez redevables envers le passé, de tous les faits accumulés, de toutes les inventions et de toutes les recherches qui ont rendu possible son érection si prompte et si ponctuelle. Confiant dans la science et les savants, vous avez pu braver tranquillement toutes les incrédulités, tous les mauvais pronostics du début. La science est éternelle. Elle n'est point assujettie aux lois fatales de notre fragilité. Ce qu'une génération n'a pas le temps de faire, d'autres le feront. Courte est une vie scientifique; mais immense est son capital qui s'est créé par l'effort continu de l'esprit humain, car tout se tient par l'amoncellement successif des notions acquises. Si le monde social s'est renouvelé depuis cent ans, le monde scientifique, lui aussi, a conquis des territoires innommés dans le domaine du savoir. Tout ce qui a été poursuivi par la science est merveilleux. Nous serions profondément ingrats de ne point tourner nos cœurs, avec vous, vers ces génies puissants, ces intelligences sereines, ces esprits persévérants et mesurés, dont vous avez voulu retenir les noms sur votre monument, comme un symbole de paix, comme un appel constant au travail et à la concorde, et pour indiquer la part qui leur revient."


Liste des savants

Maintenant que la décision a été prise, Eiffel s'est trouvé confronté à un problème pratique : Chaque côté du premier étage est divisé en petit caisson ne pouvant contenir qu'un certain nombre de lettres, il fallait donc oublier l'inscription de noms longs comme Claude Bernard, Boussingault, Charles et Henri Sainte-Claire Deville, Etienne Geoffroy Sainte-Hilaire, Milne-Edwards, de Quatrefages, etc. Lavoisier même n'a pu entrer dans le motif que par grace à ses deux i, dont l'écriture très breve n'est pas encombrant, comme celui des mots à traits linéaires multiples.

Chaque lettre est dorée et possède une hauteur de 60 centimètres. Les noms sont très lisibles à l'œil nu. Ils ne sont pas inscrit par ordre alphabétique. En opérant une promenade circulaire, à quelque distance de la Tour, le visiteur lit ces noms dans l'ordre suivant sur les quatre façades (Respectivement, face au Trocadéro, au Nord, face au Point-du-jour, à Ouest, face à l'Ecole militaire, au Sud et face à Paris, à l'Est) :

La plupart de ces savants du XIXe siècle ont fait des découvertes de génie. Les autres ont créé des établissements, des institutions, exécuté des travaux ou inventé des machines qui, en améliorant le sort physique de l'homme, ont augmenté aussi sa richesse morale et intellectuelle. Vous avez dans les biographies le détail des inventions ou des principaux travaux qu'ils ont réalisés. Ainsi qu'on peut en juger il n'est pas surprenant que ces savants aient excercé une action décisive sur la marche de la civilisation, c'est donc avec raison que Gustave Eiffel a placé son monument sous leur protection. Ils y sont inscrits comme un témoignage de la gratitude universelle, comme un hommage rendu à leurs travaux, sans lesquels une pareille entreprise n'aurait pas pu être conçue, préparée, exécutée, menée à bonne fin.


Etude sociale des 72 savants

Tous ces grands savants sont fils de leurs œuvres, c'est à dire que ce sont eux qui ont illustré le nom qu'ils portent. Mais, sur soixante-douze, il y en a cinquante-quatre nés et morts roturiers, six qui sont nés dans la noblesse et dix qui ont été anoblis.

Gravure des peintres de la tour Eiffel

Gravure des peintres de la tour Eiffel

Les six nobles sont : Borda, Coulomb, de Dion, Lalande, Lavoisier, Prony. Les dix anoblis sont : Carnot, Chaptal, Clapeyron, Cuvier, Fourier, Lamé, Laplace, Monge, Thenard. C'est Napoléon Ier qui a octroyé la noblesse à Carnot, Chaptal, Fourier, Monge. C'est Louis XVIII qui a anobli Laplace et Thenard. C'est le Gouvernement russe qui a accordé la noblesse héréditaire à Clapeyron et Lamé. Parmi eux, trois étaient fils de paysans, petits cultivateurs. Ce sont : Laplace, Poisson et Thenard. Un a été fils d'ouvrier, c'est Cail. Les autres ont eu leur souche dans la petite bourgeoisie naissante, c’est-à-dire le tiers-état, d'émancipation récente et révolutionnaire. Trente-quatre d'entre eux ont passé par l'Ecole polytechnique, un par l'Ecole du Génie militaire de Mézières (Carnot), deux par l'Ecole centrale des Arts et Manufactures (de Dion et Pétiet); les autres n'ont point passé comme élèves par les grandes Ecoles du Gouvernement. Sturm a été précepteur dans l'illustre famille de Broglie; Sauvage a été employé dans une usine; Schneider, commis dans une banque. Soixante-huit ont été décorés de la Légion d'honneur, et deux avaient aussi l'ordre royal de Saint-Louis (Carnot, Coulomb). Quatre n'eurent aucune décoration française. Ce sont : Bichat, mort trop jeune; Giffard, qu'on a oublié; Lavoisier, qui a subi l'outrage de l'échafaud ; Sauvage, qu'on s'est refusé à distinguer à cause des dettes faites pour l'invention de l'hélice ! Ces victimes de l'imbécillité sociale ou des événements politiques ne sont pas les moins glorieuses de cette glorieuse pléiade, et ce déni de justice constitue la morale de cette petite revue de statistique.

Disons encore, pour être complet, qu'il faut diviser en douze sections scientifiques les soixante-douze savants, en y comprenant : 2 agronomes, 6 astronomes, 9 chimistes, 4 constructeurs, 1 géographe, 15 ingénieurs, 17 mathématiciens et géomètres, 2 médecins, 2 mécaniciens, 2 minéralogistes, 1 naturaliste, II physiciens. Ajoutons enfin, que le plus vieux (Chevreul) est mort à cent trois ans et que le plus jeune (Bichat), s'est éteint ayant à peine dépassé la trentaine !


Les 72 savants hébreux

Il est intéressant de remarquer qu'une liste de 72 savants avait déjà été écrite précédemment dans l'histoire, et on a pu, à l'époque, se poser la question du rapport entre cette liste et la tour Eiffel. Cette liste est antique, il s'agit de la liste de 72 traducteurs en grec sous le règne de Ptolémée Philadelphe, de l'Ancien Testament, célèbre ouvrage connu sous le nom de "Version des Septante", par contraction de "septante-deux", la popularité ayant toujours une tendance à raccourcir les appellations.

Toutefois ce nombre de 72 est un pur hasard et il ne faut pas voir de correspondance entre les deux, c'est ce qu'affirme Georges Barral dans son ouvrage, "Le panthéon historique de la tour Eiffel", livre ayant servi de base à cette page ainsi qu'aux biographies.Quoi qu'il en soit, beaucoup de gens ont vu comme un présage heureux pour la destinée de la Tour ce rapprochement scientifique.



Voir aussi :

. Description de la tour Eiffel



La tour Eiffel

Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.